BD Concert La Patrouille des Invisibles

affiche-PATROUILLE DES INVISIBLES-web copiePartager la lecture d’une bande dessinée projetée sur grand écran, s’y plonger avec une musique jouée en direct sur scène, c’est ce que propose Zenzika avec son nouveau BD concert, la Patrouille des Invisibles d’Olivier Supiot.

Fruit d’une collaboration entre l’illustrateur, les musiciens et le vidéaste Stéphane Gantelet, ce BD-concert sublime une histoire à la fois intemporelle et ancrée dans l’histoire, mythique et terriblement moderne.

C’est celle d’un aviateur français couvert de lauriers durant la première guerre mondiale qui finit par se retrouver dans la gadoue des tranchées, d’un héros qui subit l’épreuve de l’amour et de la mort pour s’ouvrir à une deuxième vie, celle d’un Minotaure, mi homme mi bête.

Ce grand roman graphique raconte la guerre à travers l’expérience d’anonymes, d’invisibles au cœur d’un conflit qui les dépasse totalement.

Les planches, de véritables tableaux, sont ici mis en valeur par la projection vidéo.

Une histoire portée, transportée par une musique qui croise influences de Stravinsky, musique répétitive, jazz et musiques improvisées, avec un travail important sur le timbre et les couleurs.

Les musiciens jouent parfois avec l’image, l’émotion qu’elle dégage mais n’hésitent pas à s’en affranchir pour la prendre à contre pied.



TEASER

CLIP VIDEO « BD CONCERT LA PATROUILLE DES INVISIBLES »

 


DISTRIBUTION

Texte, illustration
Olivier Supiot (copyright Glénat)

Clarinette basse, saxophone soprano > Jean Lamur
Saxophone baryton > Serge Hildesheim
Clavier > Olivier Ricard
Batterie > Julien Kamoun
Composition > Jean Lamur et Olivier Ricard
Montage vidéo > Stéphane Gantelet


LA BD
Texte et illustration de Olivier Supiot
Editions Glénat

Des héros ordinaires, anonymes et singuliers, partageant un lourd secret…

1914. Hubert Lessac, jeune aviateur français, entre en guerre. D’abord observateur puis chasseur, rien ne semble pouvoir l’arrêter. Mais après plusieurs années de conflit, un drame personnel vient précipiter sa chute inéluctable… Son appareil est abattu. Blessé, il s’en sort miraculeusement. Il est récupéré par des poilus, une escouade atypique, qui, malgré les difficultés du quotidien, lui redonne le goût de vivre…

Ce sont tous des pères, des fils, des frères, acteurs et victimes d’une guerre particulièrement sanglante. Des combattants de l’ombre qui tentent de survivre, compagnons solidaires de la Patrouille des Invisibles.

Quelques années après avoir reçu le prix de « Meilleur dessinateur » au festival d’Angoulême pour Le Dérisoire, Olivier Supiot revient avec un bouleversant roman graphique narrant avec poésie et amertume toutes les horreurs de la Grande Guerre.


Olivier Supiot, Illustrateur et scénariste BD
photo Olivier SupiotOlivier Supiot fut révélé à Angoulême en 1997. Après des études d’Arts graphiques à Tours, quelques-unes de ses planches sont publiées dans « Fluide Glacial », puis en 1998, les Éditions du Cycliste éditent son premier album : Erzurum. En 1999, il débute Marie Frisson qui rencontre un très bon accueil. Il a réalisé Le Dérisoire en compagnie d’Eric Omond pour la collection Carrément BD, un ouvrage magnifique dans lequel il montre qu’il est également à l’aise dans la BD adulte. Avec cet album il a remporté le prestigieux prix du Meilleur Dessin au Festival d’Angoulême 2003. Toujours dans la même collection, il a aussi publié une aventure mêlant Vikings et Inuits : Féroce. Puis à partir de 2006 il travaille sur une trilogie inspirée des aventures du baron de Münchhausen chez Vents d’Ouest dans la collection Équinoxe. Pour la série d’aventures Le Narval, il est scénariste sur un dessin de Boris Beuzelin. Il a réalisé en solo en 2011 dans la collection Mille Feuilles de Glénat, un roman graphique de 120 pages en couleurs dans un univers steampunk. Le vaillant petit soldat Bamboo éditions 2015, L’enfance de Mammame ed Glénat 2015, album jeunesse d’après le ballet de Jean Claude Gallota.

Publicités